Le bureau, un micro systeme ou on passe 8h (ou plus) de notre journee, de notre vie quotidienne.
Un milieu ou on coutoie des personnes, des problemes ‘professionnels' et parfois lies aux personnels et ou on essaye de les resoudres -en sommes- pour qq dinars de plus qui nous aideront a (sur)vivre encore plus …
un milieu ou on doit obeir a des ordres, parfois contre notre gres … ou en donner qq1, malgres leurs gres …
Ou on doit faire notre max pour avoir un peu de satisfaction personnelle, un peu de gratitude et pkoi pas la benidicion de nos chefs…et peut etre, pour devenir l’un d’eux a la fin …
etant pro (trop parfois) et observateur, je me disait toujours “comment on peut s’entendre?!”
Dans un groupe (informatique) typique, y a surement :

  • le chef: tjs bien fringue, bien dans son costume et sa voiture, tt le temps souraint avec les guests, tt le temps en colere contre ses employes, rien ne le plait et stt on sait pas quand il tombera sur la tete de qq1.
  • la secretaire, belle, parfois trop, avec ces p’tits gestes et rires a la marilyn monroe, tenant une bonne relation avec le chef (!), tjs aux telephones racontant ses debilites (j’allais dire “de femme”, mais bon par respecet je passe) a une autre secretaire …
  • les managers: tjs en course contre la montre juste pour arriver avant le chef pour montrer qu’ils travaillent durs, tjs en course pour le ressembler aussi (fringues, belles voitures …) et stt se croient detenteur la baguette magique de “kon fa yakoun” !
  • les vieux: cumule d’experiences et de sagesses inutilises et parfois inutiles, la plus part des temps ils attendent leurs retraites ou ils sont la juste pour retarder la roue et parler d’un peu de pre-histoire avec tt la fierte du monde
  • les arrivistes: heh … vous voulez que j’en parle ?!
  • les karkaras: alors la, j’en connais de tas, tjs en retard, tjs la tete ailleurs, tjs les taches incompletes, tjs au tel, tjs au cafe … et tjs casse-c**!
  • les bleux, les nouveaux, les stagaires: la pluspart des temps avec bcp d’ambitions au debut et plein de regrets a la fin.
  • et finalement, les peliers du groupe: ceux qui travaillent, ceux qui ont bati le status-quo, ceux qui veillent des nuits blanches, ceux qui demandent rien et poussent tt le monde en avant, et stt ce sont ceux qui sont le moins payes et qu’on se souvient meme pas de leurs noms …
    Sans parler des femmes de menages tjs en colere, les gardes tjs en garde-a-vous, le chauffeur tjs en balade et le coursier tjs en course ….
    Et y a des amis par ci, et des ennemis par la…
    Celui ci la travaille mieux avec ci, l’autre peut jamais s’entendre avec celui la
    Un attend avec impatience la mutation de x pour pouvoir avoir du pouvoir sur y …

    et enfin de compte, on travaille pendant ces 8h (ou plus) avec des gens qu’on a pas choisi, qui nous sont impose par d’autres et nous sommes oblige de communiquer avec eux, d’echanger avec eux nos idees et partager peut etre nos angoisses.
    et bizarrement…avec le temps, ses relations se tissent et se consolident.
    Et meme le mauvais chef, lorsqu’il s’en va… on sens un peu de pincement de coeur.
    L’arriviste qui change de boulot, il laisse le vide de celui qui motivait les autres a se proteger ;)
    Meme le karkar ou le vieux, ils ont leur humeurs a eux que d’autres ne peuvent remplacer…
    Lorsque j’etais bleu, je revais des equipes a l’americaine (style CSI:Expert, 24 …) avec des open-spaces, tt le monde rigolant autour d’un chef qui sait tenir ses promesses et proteger son troupeau, et stt en faisant du boulot exemplaire …
    Et maintenant, je suis quoi, un senior ? un expert ? ou encore bleu? …mais j’ai arrete de rever (ou peut etre j’ai change de reves ;) ) et je me contente d’observer ce micro systeme en me disant : “heh, Dieu,faites que je puisse travailler a l’aise !”